Oligosol

En 1830, PRÉVOST émet l’hypothèse d’un lien entre la survenue du goitre endémique et un déficit en iode. En 1852, CHATIN, partant de nombreux cas cliniques, affirme cette corrélation.

En 1894, Gabriel BERTRAND, à l’institut PASTEUR de Paris, démontre l’existence des oligoéléments : certains métaux à l’état de traces, universellement présents dan...

En 1830, PRÉVOST émet l’hypothèse d’un lien entre la survenue du goitre endémique et un déficit en iode. En 1852, CHATIN, partant de nombreux cas cliniques, affirme cette corrélation.

En 1894, Gabriel BERTRAND, à l’institut PASTEUR de Paris, démontre l’existence des oligoéléments : certains métaux à l’état de traces, universellement présents dans les sols, dans les végétaux et les organismes vivants, jouent un rôle essentiel sur la qualité des premiers comme sur le développement des seconds.

En 1912, ce brillant scientifique démontre la nécessité des traces de manganèse pour la croissance normale des cultures de l’Aspergillus Niger. À une concentration en manganèse de 10-9, les premières conidies jaunes apparaissent, mais il faut attendre 10-8 pour obtenir les conidies noires, reproductrices de l’espèce. Ces observations permettent d’établir la loi de la « concentration critique active » qui explique les premières applications thérapeutiques des oligoéléments.

À partir des années 1930, les dosages par spectrographie d’émission mettent en évidence le rôle des déficits en oligoéléments dans certaines maladies d’animaux d’élevage. L’ataxie néonatale des agneaux, en Australie, est due à un déficit en cuivre chez les brebis ; la maladie des volailles ou « slipped tendon » est attribuée à un déficit en manganèse ; le « mal de la brousse » frappant le bétail en Nouvelle-Zélande est rapporté à un déficit en chrome.

L’apparition de maladies plus ou moins sévères liées à des carences en oligoéléments ont également été observées chez l’homme. Les exemples sont nombreux, un déficit en zinc a été mis en évidence par PRASAD en Iran et en Égypte (1961), une carence en cuivre a été identifiée au Pérou (1964), des apports insuffisants en chrome en Jordanie, Nigeria et Turquie (1979), un déficit en sélénium en Chine (1979).

Ainsi, le caractère essentiel des oligoéléments a été reconnu dès le début du XXe siècle, et les travaux modernes ne font que confirmer et renforcer les hypothèses émises par les précurseurs tels que Gabriel BERTRAND.

Détails
label experts uncoindepharmacie Consulter le catalogue de nos experts

Catalogue

Filtres actifs :
    Disponibilité